Accueil

Le Comité des Étudiants en Génie Aérospatial (CEGA) est un comité de l’Association Étudiante de Polytechnique (AEP) formé des étudiant(e)s du programme de baccalauréat de génie aérospatial. Celui-ci siège à la régie académique de l’AEP et représente les étudiants au comité de programme du département de génie mécanique.

Ainsi, le CEGA :

  • Défend et fait la promotion des intérêts des étudiant(e)s en génie aérospatial
  • Représente les étudiant(e)s auprès de l’AEP et de ses autres comités
  • Représente les étudiant(e)s auprès du département de génie mécanique
  • Rassemble les étudiant(e)s avec des activités sociales
  • Organise des activités à caractère éducatif
  • Favorise les contacts entre les étudiant(e)s et les intervenants du milieu industriel à l’aide de visites et de 5 à 7

En tant que comité de l’AEP, le CEGA doit se conformer aux règlements et politiques de celle-ci : https://www.aep.polymtl.ca/rglements-politique-contrats/

Le CEGA s’engage à bâtir une structure du comité solide. Il s’engage aussi à améliorer la visibilité du génie aérospatial auprès de ses étudiants, de Polytechnique et de l’extérieur de l’école. Conjointement avec le département de génie mécanique et des dirigeants de l’AEP, le CEGA s’assurera du suivi et de la pertinence de certains cours ayant occasionnés des plaintes lors des années précédentes.

Les membres autorisés à négocier avec les responsables de la comptabilité de l’AEP sont Charles Tremblay, trésorier, et Nicolas Gosselin, directeur.

Pause musicale

Appréciez les classiques qu’on entend si souvent au CEGA, mais dont on ne se lasse toujours pas !

Pause culturelle

Veuillez apprécier cette oeuvre classique du poète québécois Émile Nelligan composé en 1898.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soir_d%27hiver

Soir d’hiver

Ah ! comme la neige a neigé !,
Ma vitre est un jardin de givre.,
Ah ! comme la neige a neigé !,
Qu’est-ce que le spasme de vivre,
À la douleur que j’ai, que j’ai.

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire ! où-vis-je ? où vais-je ?
Tous ses espoirs gisent gelés :
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À tout l’ennui que j’ai, que j’ai !